La Fabrication de prothèses dans l’atelier de Bonsecours.

L’atelier de prothèse orthopédique (fabrication des membres artificiels et des appareils orthopédiques), installé dans l’atelier des tramways de Rouen est l’œuvre entière du Médecin de Bataillon Georges Hendrix. Spécialisé déjà avant la guerre dans les questions d’orthopédie, cet officier du Service de Santé se consacra d’abord à établir des bases scientifiques pour l’étude d’appareils rationnels et réellement pratiques, étayant ses travaux sur son expérience qui l’a souvent inspiré. Secondé, lui aussi par des mutilés de la guerre, dont la collaboration lui fut particulièrement précieuse. La fabrication utilisera des matériaux simples et disponibles comme le bois.

Madame Hamers, épouse du Consul Belge à Rouen, dont l’infatigable dévouement a permis de recueillir les fonds nécessaires à l’achat de toutes les matières premières et à la fabrication des membres artificiels et des appareils de prothèse livrés à nos blessés depuis la création des Ateliers jusqu’au 23 juillet 1917, date à laquelle la gestion financière des Ateliers a été reprise par l’Etat Belge.
Nos ateliers de mécano électrothérapie et d’orthopédie sont subdivisés en 3 sections principales : mécanique et ajustage, modelage, sellerie et cordonnerie. Ils comportaient au début un outillage prêté par la ville de Rouen.

Ce local a été utilisé comme salle des fêtes par la commune de Bonsecours jusqu’à sa démolition.

Enregistrer

2 réflexions au sujet de « La Fabrication de prothèses dans l’atelier de Bonsecours. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *