Les Serbes dans la guerre

Entre le 28 juillet, date du premier bombardement austro-hongrois visant Belgrade, et le 12 août, date du déclenchement de la première offensive d’envergure contre le royaume, les combats se limitent à des duels d’artillerie et de brèves opérations destinées à fixer les troupes serbes au Nord du royaume.

Le 12 août,Oskar Potiorek lance ses unités au-delà de la Save, au Nord-Ouest du royaume, repoussant la III armée serbe devant elle ; cette percée inattendue constitue une surprise pour le commandement serbe qui replie toutes ses unités. Rapidement, l’offensive austro-hongroise s’enlisent rapidement, dès le troisième jour de l’attaque8. Ainsi, les unités serbes, regroupées à une certaine distance de la frontière8, arrêtent les unités austro-hongroises au terme de cinq jours d’offensive, par une attaque de flanc, d’abord le 17 août au Mont Cer, puis le 21 août à Jadar, obligeant le commandement austro-hongrois à ordonner une retraite, qui se fait dans le plus grand désordre.

En dépit de ces défaites, Belgrade est occupée par les Austro-hongrois le 2 septembre, puis reprise par les unités serbes dans les jours qui suivent, à la suite d’une nouvelle défaite austro-hongroise.

Ces unités serbes se lancent alors à l’assaut du territoire de la double monarchie, lançant des opérations en Smyrnie et dans le Banat, prenant la ville de Smern. Cette offensive est menée concurremment à une nouvelle offensive austro-hongroise lancée le 6 septembre ; cette seconde offensive se révèle un échec, mais oblige Putnik à redéployer ses unités, donnant ainsi le temps à Potiorek de remanier son dispositif, facilitant la défense de la Bosnie, obligeant les unités serbes à repasser la frontière le 18 septembre.

Dans le même temps, des unités serbes s’avancent en Bosnie-Herzégovine, prenant Pale le 25 septembre, mais une défaite à proximité de Sarajevo le 18 octobre oblige le commandement serbe à abandonner ses conquêtes du mois précédent.

Exploitant le succès d’octobre, Potiorek cherche à écarter définitivement la menace serbe, jouant sur la fatigue des soldats serbes, en lançant une opération de grande ampleur contre les positions serbes, alors que le front semble favorable à une attaque austro-hongroise sur des unités serbes en retraites.

Ainsi, le 6 novembre, à l’issue d’une solide préparation d’artillerie, Potiorek relance ses unités à l’assaut des positions serbes, les repoussant à 70 kilomètres de leurs positions de départ9. Ce recul permet aux unités austro-hongroises de s’emparer de Valejo le 15 novembre15 et de franchir la Kolubara le 17. Cette avancée se fait dans des conditions climatiques difficiles, aggravées par les pénuries alimentaires et vestimentaires qui frappent l’armée austro-hongroise.

Ces succès demeurent cependant précaires, en raison de la retraite en bon ordre des unités serbes et de la précarité grandissant du ravitaillement austro-hongrois au fur et à mesure de leur avancée à l’intérieur du territoire serbe17.

Belgrade, faiblement défendue par un cordon de troupes, est reprise par les Austro-hongrois le 29 novembre, à la suite de l’évacuation de la ville par le commandement serbe18 et de franchir la Kolubara le 17 ; mais la prise de la ville a nécessité la division des forces engagées contre la Serbie. Face à ses succès austro-hongrois, le commandement serbe ordonne une retraite dans la profondeur du territoire serbe, afin de garantir à l’armée en campagne de meilleures positions.

Galvanisées par la présence du roi Pierre, par un meilleur ravitaillement, par les mesures prises sur front par les officiers, commandées par des généraux qui exploitent à merveille la division des forces voulue par le commandement austro-hongrois trop sûr de sa victoire, les unités serbes engagées dans la retraite mais renforcées par des troupes fraîches venues du sud du pays, se retournent contre les unités autrichiennes et, en dépit des mesures austro-hongroises destinées à sauvegarder Belgrade, les expulsent du royaume durant les quinze premiers jours de décembre 1914, reprenant Belgrade .

À l’issue de cette victoire, le front se stabilise, chacun des deux adversaires adoptant une attitude défensive, favorisée par l’épuisement serbe, le redéploiement des unités austro-hongroises en Italie et en Galicie et par une épidémie de typhus sévissant en Serbie et le long du front.

À l’issue de ces cinq mois de conflit, l’armée austro-hongroise a essuyé plusieurs défaites majeures face à la Serbie et a dû enregistrer des pertes élevées face à une armée serbe motivée, expérimentée et connaissant le terrain. Conséquences militaires

De part et d’autre, les adversaires sont épuisés, entraînant la stabilisation du front sur la frontière d’avant la guerre.

L’armée austro-hongroise déployée face à la Serbie est réorganisée : à partir du 26 décembre 1914, elle est placée sous le commandement de l’archiduc Eugène, tandis que Potiorek démissionne, obéissant à une requête formulée par François-Joseph à la suite d’enquêtes ordonnées directement par ce dernier. En effet, les premières opérations face à la Serbie ont démontré le caractère brouillon du commandement austro-hongrois, multipliant les ordres et les contrordres, ne coordonnant pas les mouvements des unités déployées sur le terrain.

L’armée serbe, en dépit de ses succès, enregistre la perte de plus de 120 000 soldats, blessés, tués ou prisonniers.

Ces victoires n’ont cependant été possibles qu’en raison de la poussée russe en Galicie, retenant loin du front du Danube la majeure partie des effectifs austro-hongrois ; le commandement serbe, dans ses rapports avec les Alliés, néglige le fait qu’ils ont écrasé des unités de valeur médiocre mal entraînées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.