background image

   

 

  

.

25 Annexe N° 1 Orival Saint Hellier 

par Bellencombre

Cette annexe est ouverte dès 1916, dans les locaux des colonies de vacances du XVII arrondissement de Paris et était
spécialisé dans les maladies vénériennes.
En effet, la syphilis était à cette date la seule infection pour laquelle il existait un traitement à base de dérivés de
 L'arsenic, l'atoxyl* mais très toxique .
Cependant, la découverte de l'activité de l’atoxy*l sur le trypanosome a attiré l’attention du bactériologiste allemand
 Paul Ehrlich. Avec le chimiste Alfred Bertheim et le bactériologiste Sahachiro Hata, il se met à retravailler la molécule.
 Il synthétise et expérimente plus de neuf cents dérivés, dont le six cent sixième, ainsi dénommé 606 (salvarsan*) et
 dont Ehrlich et Hata signèrent ensemble la découverte en 1908, est introduit en 1911 contre la syphilis et se révèle 
d'une très grande efficacité. En 1913 on mit au point le néosalvarsan*, plus pratique à utiliser. Ces deux produits 
furent utilisés durant toute la guerre.

La blennorragie était aussi très fréquente, le traitement pénible, lavement de l'urètre au permanganate de potassium,
 dilatation de l’urètre avec des béniqués en métal de tailles croissantes pour éviter la sclérose..
Les malades étaient très nombreux, du 10 mars au 31 octobre 1917, sur 941 malades admis, 460 avaient été
 contaminés à Paris, 112 à Rouen, 145 dans d'autres régions de France, 83 dans la zone du front en Belgique et
 22 en Angleterre.

(La grande guerre des soignants, Patrick Loodts, Isabelle Massol-Loodts 2008)

 .