background image

 

3 La Poste Belge au Havre 

 Sainte-Adresse 1914-1918

  

Le 18 octobre la Poste belge s'installait dans le bureau auxiliaire du NICE HAVRAIS. Un ancien cachet à date français, 
LE HAVRE SEINE INFre fortement usé fut remis aux postiers belges.Il se distingue par une rupture de la couronne au-
dessus du premier E dans le nom du bureau LE HAVRE.

Celui-ci est très vite remplacé, le 27 octobre 1914 par un nouveau cachet avec la dénomination LE HAVRE (SPÉCIAL)
SEINE INFre qu'on trouve sous trois formes dans le bloc dateur, avec et sans étoile à droite du jour, ou sans heure qui est
remplacée par une étoile.

        

Les bureaux de poste du pays ont été dévalisés par les troupes allemandes au fur et à mesure de leur avancée. Il en a été
de même pour l'atelier du Timbre situé à Anvers. Les planches des timbres Croix-Rouge du 3 octobre 1914 y ont été volées.
Pour cette raison les faux timbres sont plus nombreux que les vrais ..
    Le bureau vendit  tous les timbres belges, mais le 5 janvier 1915 pour commémorer l'ouverture du bureau de poste, le
Gouvernement belge a fait oblitérer de nombreuses séries des émissions de 1912 à 1914 avec un cachet LE HAVRE dont le
cercle n'est pas brisé au-dessus du premier E. Le cachet ne porte pas d'heure de levée mais une étoile à la place, tous sont
annulés le 18 -10 14. Ce sont toutes  des oblitérations de complaisance. 
         En effet, au début le bureau du Nice Havrais oblitérait par complaisance : « Le public était prié de verser son obole
dans un tronc, placé près du guichet, pour rémunérer le travail des employés… » et des abus ne tardèrent pas à se
commettre aussi, les administrations belge et française ont interdit toute oblitération de complaisance vers la mi-décembre
1914. 
         La vente des timbres poste belges a atteint des proportions inattendus et le bureau du Nice Havrais, qui expédiait en
moyenne 500 à 600 lettres recommandées PAR JOUR (presque toutes avec des affranchissements philatéliques) a dû
souvent dépasser les 1000 dans la journée.
         Une tolérance permit également à cinq bureaux du Havre d’accepter du 18 octobre à la fin novembre 1914, le courrier
affranchi de timbres belges.
 Le havre central Cachet ondulé du service télégraphique   
         Le 15 octobre 1915, le gouvernement et la Poste Belge, s'installèrent dans l'Hôtel Dufayel, place Frédéric Sauvage, où
l'on trouve la célèbre boite aux lettres belge rouge.
Les timbres de l'émission de 1915, des petits formats à l’effigie du Roi Albert est mise en circulation et tous les timbres qui
avaient cours en Belgique au moment de la déclaration de guerre sont retirés de la circulation. 

Le 22 novembre 1918 à 18 heures le bureau belge de Sainte Adresse fut fermé. 
Seule la correspondance officielle pouvait encore y être postée et portait le tampon : « Belgique-BELGIE » dont le laconisme
s’explique car il s’agissait d’un tampon mis en réserve pour être utilisé à la libération du territoire.

Bibliographie :

Col Seyer

Documents collection J. Seyer

La poste au Havre des origines à nos jours. Société philatélique havraise, imprimerie Rolland 1948.

La poste belge durant la guerre de 1914-1918. René silverberg, Méyère éditeur;